Maitres
du Monde

Stratégies
Planétaires


Quelques livres contre la "pensée unique"
  Un autre regard sur la mondialisation, la démocratie, les nouveaux pouvoirs planétaires...

Nouvel ordre économique | Fin de la démocratie | Nouvel ordre mondial | Empire US | France | Ecologie, Santé


"Espions psi - L'histoire secrète de l'espionnage extrasensoriel américain", Jim Schnabel


Trois décennies durant, des années 1910 aux années 1990, différents services officiels nord-américains (services de renseignement de l'armée, FBI et CIA) ont tenté de stupéfiantes expériences d'espionnage psi. Informés que leurs homologues soviétiques accomplissaient de semblables recherches, malgré leurs réticences, les services secrets américains cherchèrent à savoir si les secteurs sensibles de l'Etat pouvaient présenter une vulnérabilité face à de telles attaques. Ils réunirent pour cela les meilleurs sujets psi qu'ils purent identifier. Et le résultat les stupéfia tout en les atterrant: les premiers "remote viewers" (visualisateurs à. distance) parvinrent à repérer par la simple visualisation psi des sites, des matériels, voire des dossiers top secrets...

Au terme de trois ans d'enquête méticuleuse, le journaliste Jim Schnabel livre le récit de cette incroyable aventure. Pour obtenir documents et témoignages, l'auteur s'est adressé aux différents protagonistes de ce projet qui, au cours des années, recruta des personnalités majeures du monde psi ou scientifique, tels Uri Geller, Bob Monroe, Hal Puthoff ou Russel Targ, de l'éminent Stanford Research Institute, et adopta différents noms de code comme Grill Flame, Centerlane ou le fameux Stargate.

Exposant les différentes techniques de visualisation, revisitant sous un angle neuf des faits marquants de l'histoire récente et de la guerre froide, l'auteur décrit aussi les luttes entre les services de renseignement américains, les résistances ou encouragements politiques, l'implication de présidents tels que Jimmy Carter ou Ronald Reagan dans ce projet. Au-delà des potentialités des "grandes oreilles" électroniques des services de renseignement, c'est à une invraisemblable - et néanmoins très réelle - odyssée aux confins de l'esprit humain qu'est convié le lecteur d'Espions psi.



"Les confessions d'un assassin financier - Révélations sur la manipulation des économies du monde par les Etats-Unis", John Perkins 


Les assassins financiers, écrit John Perkins, sont des professionnels grassement payés qui escroquent des milliards de dollars à divers pays du globe. Leurs armes principales: les rapports financiers frauduleux, les élections truquées, les pots-de-vin, l'extorsion, le sexe et le meurtre. " John Perkins sait très bien de quoi il parle... Il a été lui-même un assassin financier. Son travail consistait à convaincre certains pays stratégiquement importants pour les Ã?tats-Unis, comme le Panama ou l'Indonésie, d'accepter d'énormes prêts pour le développement de leurs infrastructures, et à s'assurer que tous les projets lucratifs étaient confiés à des entreprises américaines. Ainsi affligés de lourdes dettes, ces pays se retrouvaient alors sous le contrôle du gouvernement américain, de la Banque mondiale et d'autres organisations humanitaires dominées par les Ã?tats-Unis, qui se comportaient envers eux comme des usuriers, leur dictant les conditions de remboursement et forçant leurs gouvernements à la soumission. Cet extraordinaire récit véridique dévoile la corruption et les intrigues internationales, ainsi que des activités gouvernementales ou entrepreneuriales peu connues, qui ont de graves conséquences pour la démocratie américaine et le monde entier.
 
Article à propos du livre dans "Le Grand Soir"



"Les Armées Secrètes de l'OTAN - Réseaux Stay Behind, Opération Gladio et Terrorisme en Europe de l'Ouest", Daniele Ganser


Ce livre raconte comment, après la seconde guerre mondiale, la CIA et le MI-6 britannique mirent en place des armées secrètes anti-communistes dans tous les pays d'Europe de l'Ouest, et par quels processus ces réseaux Stay-Behind de l'OTAN s'allièrent dans certains pays à des groupes terroristes d'extrême droite, avec des conséquences particulièrement tragiques.

L'existence de "Gladio", l'armée secrète italienne, fut révélée par le Premier ministre Giulio Andreotti en 1990 ; à la suite de quoi la presse parla du « secret politico-militaire le mieux gardé, '?¦ depuis la fin de la deuxième guerre mondiale » et nota que : « L'histoire semble tout droit sortie des pages d'un thriller politique ». Depuis, ces armées secrètes de l'OTAN, ont également été découvertes en France, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse, en Espagne, au Portugal, en Allemagne, aux Pays-Bas, au Danemark, en Norvège, en Suède, en Finlande, en Autriche, en Grèce et en Turquie. Au niveau international, leurs actions étaient coordonnées par le Pentagone et l'OTAN et leur dernière réunion connue se déroula à Bruxelles en octobre 1990.

Ã? l'heure de la menace de "l'hyperterrorisme", ce livre de référence revient sur les attentats de la gare de Bologne, de la Piazza Fontana, les attaques des tueurs fous du Brabant, l'enlèvement et l'assassinat d'Aldo Moro et demande s'il s'agit d'actes de terrorisme sous fausse bannière, fabriqués pour accroître la stratégie de la tension...

 
Historien spécialisé dans l'histoire contemporaine et les relations internationales depuis 1945, Daniele Ganser enseigne à l'université de Bâle. Ses travaux actuels portent sur la prétendue «guerre contre la terreur» et le pic pétrolier. Invité à maintes reprises par le Parlement et la télévision nationale suisses pour partager son expertise en matière de politiques étrangère et de sécurité.



"La guerre des Bush", Eric Laurent 


 
Une nouvelle guerre se prépare en Irak. George W. Bush invoque avec insistance la lutte «du bien contre le mal». Que cache ce discours? Une vérité troublante, immorale, et des questions dérangeantes. Pourquoi l'actuel président américain et son père entretiennent-ils depuis plus de vingt ans des relations avec la famille Ben Laden? Pourquoi un puissant banquier saoudien, beau-frère d'Ousama Ben Laden, soupçonné d'avoir financé les réseaux d'Al Quaïda, a-t-il constamment aidé George W. Bush dans ses activités pétrolières, le sauvant même de la faillite? Comment expliquer l'acharnement du père, lorsqu'il était président, à armer et financer Saddam Hussein, provoquant peut-être l'invasion du Koweit? Puis, douze ans plus tard, l'acharnement du fils à vouloir détruire ce même Hussein?

La Guerre des Bush plonge le lecteur au coeur des secrets les plus inavouables et éclaire toutes ces zones d'ombre. Une fois le livre refermé, plus personne ne pourra jamais croire à la vérité officielle.

 
Eric Laurent est grand reporter au Figaro et spécialiste de politique étrangère. Il est l'auteur de nombreux documents à succès dont "La guerre du Golfe" avec Pierre Salinger.



"La face chachée du 11 septembre", Eric Laurent


Ce livre dévoile les mensonges et les silences officiels qui entourent encore la tragédie du 11 septembre. Un an d'enquête a conduit l'auteur notamment aux Etats-Unis, au Pakistan, à Dubaï, au Qatar, en Israël et jusqu'aux montagnes de Tora Bora, dernier refuge de Ben Laden en Afghanistan. Enquête minutieuse, parfois dangereuse, qui révèle la face cachée du 11 septembre. Pourquoi Ousama Bin Laden n'est-il toujours pas inculpé par les responsables américains pour les attentats du 11 septembre? Pourquoi la CIA qui surveille en permanence les marchés financiers n'a-t-elle pas détecté le plus grand délit d'initiés de l'histoire qui a précédé le 11 septembre? Quelle est la véritable identité des pirates de l'air? Quel est le rôle exact joué par les services secrets du Pakistan? Et que penser de l'Arabie Saoudite, de ce royaume dont trois princes ont connu une mort mystérieuse à la suite du 11 septembre? Les informations recueillies dans ce livre, les faits troublants, les contradictions et les manipulations avérées battent en brèche les vérités admises.


"Le monde secret de Bush", Eric Laurent 


Bien qu'arrivé à la Maison Blanche au terme d'une élection controversée, jamais un président américain n'a détenu autant de pouvoir ni manifesté autant d'arrogance que George W. Bush.

Sa trajectoire, cependant, reste entourée de secrets, marquée par des alliances troublantes et des manipulations financières inavouables.

Qui gouverne réellement l'Amérique? Des idéologues, des financiers, des fanatiques religieux?

Telles sont les questions posées par ce livre qui suscitera la stupeur et, inévitablement, l'inquiétude.



"Le monde selon Bush - DVD", William Karel 


Qui est George W. Bush? Ce documentaire de William Karel raconte les mille jours de sa présidence, des attentats du 11 septembre au bourbier de la guerre en Irak. Il dresse un état des lieux de l'Amérique d'aujourd'hui et tente de comprendre comment un petit groupe d'hommes, sous l'influence des faucons néo-conservateurs, a pris le contrôle de la politique étrangère américaine.

Le film dénonce les travers de la dynastie Bush au grand complet. On y découvre le grand-père de l'actuel Président, Prescott Bush, qui a fait fortune en prenant la direction d'entreprises nazies après l'arrivée au pouvoir de Hitler, avant de voir ses entreprises saisies pour collaboration avec l'ennemi. Les relations entre George Bush père et Saddam Hussein sont aussi largement évoquées.

"Le monde selon Bush" est pour une large partie basé sur une enquête menée par le grand reporter spécialiste de politique étrangère Eric Laurent dans son livre, "Le monde secret de Bush".



"Le cartel Bush", James Hatfield


Il y a les biographies de George W. Bush écrites par les communicants de la Maison-Blanche ou les journalistes "amis". Et il y a Le Cartel Bush, la biographie non autorisée. Celle qui explore en détail l'entourage du président des Ã?tats-Unis, ses affaires, ses retournements de veste, le financement de ses campagnes électorales, son addiction à la cocaïne… L'auteur, James Hatfield, fut menacé par deux proches conseillers du président devant témoins et retrouvé peu après, mort, dans un motel. La police assure qu'il s'est suicidé. Sa famille prétend qu'il a été assassiné.

L'auteur, qui a réalisé un travail de fourmi, avait bénéficié dans son enquête de l'aide de Karl Rove (le secrétaire général de la Maison-Blanche) qui croyait aider à la rédaction d'une biographie de complaisance. L'ouvrage intitulé "Fortunate Son, G. W. Bush and the Making of an American President", fit immédiatement la Une des journaux, fut choisi comme best-seller par le New York Times et souleva une intense polémique.

Il s'agit d'un document exhaustif sur l'homme, sa famille et son entourage, ses affaires et sa carrière politique, ses retournements de veste et le financement de ses campagnes électorales. Bien qu'il soit écrit sur un ton mesuré et s'attache à comprendre la personnalité de George W. Bush, il présente une vision terrifiante de la vie publique états-unienne. Pourtant, de cet imposant travail, on ne retint qu'un passage secondaire mais sensible: le candidat Bush avait été arrêté pour détention de cocaïne, en 1972. Or, selon les lois locales, ce délit aurait dû lui valoir une privation de droits civiques, il n'aurait donc pas dû avoir le droit de se présenter au gouvernorat du Texas et à la présidence des Ã?tats-Unis.

Ce sont en réalité bien d'autres détails qui provoquèrent la colère des Bush. Notamment, un passage relatif à la société Arbusto dont George W. fut le directeur. On y apprenait que, par l'entremise d'un homme de paille, cette société était la propriété d'un certain Salem Ben Laden, frère aîné d'Oussama.

Karl Rove et Clay Johnson III (l'assistant personnel du président) intentèrent un procès en diffamation et obtinrent le retrait conservatoire du livre. En définitive, il fut autorisé à la vente, sans coupes, mais après le retrait de la préface originale.

Ayant échoué dans leurs démarches, Rove et Johnson menacèrent devant témoin Hatfield de le liquider, lui et toute sa famille, s'il persistait à diffuser son ouvrage. Il fut retrouvé peu après, mort, dans un motel. La police assure qu'il s'est suicidé, tandis que sa famille prétend qu'il a été assassiné.

Ce document exceptionnel a été traduit en français et publié en Suisse. Le Réseau Voltaire en assure la diffusion exclusive en France. (livre sur cette page)



"Kill, kill, kill", Jimmy Massey


 
 
Le témoignage accablant d'un soldat américain sur la guerre en Irak et les méthodes de l'armée américaine.
 
 
 
 



"L'Ã?tat voyou", William Blum 


"Si j'étais président, j'arrêterais en quelques jours les attaques terroristes contre les Etats-Unis. Définitivement.

D'abord, je présenterais mes excuses à toutes les veuves, aux orphelins, aux personnes torturées, à celles tombées dans la misère, aux millions d'autres victimes de l'impérialisme américain.

Ensuite, j'annoncerais aux quatre coins du monde que les interventions américaines dans le monde sont définitivement terminées, et j'informerais Israël qu'il n'est plus le 51e Ã?tat des Ã?tats-Unis mais dorénavant - chose curieuse à dire - un pays étranger.

Et puis, je réduirais le budget militaire d'au moins 90 %, utilisant le surplus à payer des réparations aux victimes. Ce serait plus que suffisant. Le budget militaire d'une année, soit 330 milliards de dollars, équivaut à plus de 18.000 dollars de l'heure depuis la naissance de Jésus-Christ.

Voilà ce que je ferais les trois premiers jours.

Le quatrième jour, je serais assassiné."

 
William Blum est américain, et ancien fonctionnaire du Département d'Etat



"USA Patriot Act : De l'exception à la règle", Robert Harvey


USA PATRIOT Act est un acronyme dont la signification est: "Unir et renforcer l'Amérique en fournissant les outils nécessaires à l'interception et à l'obstruction du terrorisme." Le 25 octobre 2001, six semaines après les attentats du 11 septembre, le Congrès et le Sénat américains approuvent à une écrasante majorité - et sans débat - un corpus de lois d'exception. Présente dans un discours à la fois prolixe et abscons et inspirées par une atmosphère de peur et de paranoïa, ces lois rebutent jusqu'au lecteur légiste. Sous prétexte d'accroître la sécurité des citoyens, L'USA PATRIOT Act, qui comporte plusieurs articles anticonstitutionnels, restreint sévèrement les droits civiques et entrave les libertés individuelles: généralisation de la surveillance (jusqu'aux listes de lectures des usagers des bibliothèques publiques et universitaires); suspicion de principe envers les idées. A l'aune de l'Act, toute opinion critique est considérée comme une prise de position " anti patriotique". L'USA PATRIOT Act constitue l'exacte contrepartie "domestique" (intérieure) des campagnes de sécurisation extérieures (ou "guerres préventives") conduites par les Etats-Unis. C'est, en acte, l'inique "nouvel ordre mondial" prédit par Ronald Reagan.
 
Critique et traducteur, Robert Harvey est professeur de littérature comparée et de philosophie à l'université de l'Etat de New York à Stony Brook, et directeur de programme au Collège international de philosophie. Hélène Volat dirige le département d'informations et de références à la bibliothèque Melville de l'université de l'Etat de New York à Stony Brook.



"Les mensonges de George W.Bush", Scott Ritter


Pourquoi faudrait-il mener une seconde guerre contre l'Irak? demandait Scott Ritter en 2002, après avoir démissionné en 1998 de son poste d'inspecteur en armements pour l'ONU. "Quand j'ai quitte l'Irak, l'infrastructure et les équipements avaient été éliminés à 100 %. Cela est indiscutable." Scott Ritter savait déjà que les raisons évoquées à Washington - la menace des armes de destruction massive, et la collusion entre Saddam Hussein et Al-Qaida - n'existaient que dans les fantasmes de pouvoir hégémonique du clan néo-conservateur de George W. Bush.

Dans ses livres précédents (Endgame, 1999 et Guerre à l'Irak, 2002), Scott Ritter avait déjà tiré le signal d'alarme. Scott Ritter raconte dans celui-ci les efforts qu'il a déployés au Congrès de Washington, puis à Bagdad et dans les médias du monde entier pour empêcher le gouvernement américain d'attaquer unilatéralement l'Irak, sans mandat du Conseil de sécurité de l'ONU.

Sa dénonciation des mensonges de Bush, Cheney, Rumsfeld et "du reste de leur bande de cow-boys justiciers" lui a valu la calomnie et les attentions du F B.I. Mais la "croisade" de Bush a eu lieu et des milliers de civils irakiens et des centaines de soldats anglo-américains sont morts pour un arsenal fantôme l'Irak "libéré" est occupé, meurtri, ruiné et au bord de l'éclatement. Malgré la capture de Saddam Hussein et des dignitaires de son régime, aucune arme de destruction massive n'a été trouvée. Le mensonge de George W. Bush a été la cause de l'écrasement d'une nation de 20 millions d'habitants par la plus grande puissance militaire de la planète. Ce livre est le plaidoyer solennel de l'homme qui a eu raison avant tout le monde et qui craint que le peuple américain ne perde ses valeurs et les principes fondamentaux de sa République, édictés par sa Constitution en 1776. Il lance aussi un vibrant appel à la mobilisation pour changer de président en novembre 2004, grâce à l'arme suprême de la démocratie américaine: le bulletin de vote.

 
Scott Ritter, ancien "marine", a été inspecteur des Nations-unies en désarmement en Irak de 1991 à 1998. Spécialiste de la question irakienne, il a publié de nombreux articles à ce sujet, ainsi que le livre "Guerre à l'Irak, ce que l'équipe Bush ne dit pas".



"Or noir et Maison Blanche, comment l'Amérique a vendu son âme pour le pétrole saoudien", Robert Baer


 
Membre pendant vingt ans de la division des opérations clandestines de la CIA, Robert Baer, nous révèle le pacte terrifiant qui unit les élites économiques et politiques américaines à la famille royale saoudienne. Réseaux de financement, accords secrets, corruption... Une enquête au cœur d'un système où les enjeux, qui s'élèvent à des milliards de dollars, menacent l'équilibre de la planète.
 
 



"Les nouvelles preuves sur l'assassinat de J.F.Kennedy - Le clan Bush est-il coupable?", Caroline Lebeau


Une enquête journalistique qui expose en pleine lumière des liens auparavant insoupçonnés ou occultés entre le parti républicain, la mafia, les milieux anticastristes, le complexe militaro-industriel et les services secrets américains, l'auteur renoue avec patience et sagacité les fils rompus d'une quête légitime de vérité sur les véritables circonstances de l'assassinat du président John Fitzgerald Kennedy. Surmontant avec un courage qu'il faut saluer menaces, pressions et intimidations, Caroline Lebeau dévoile les aspects les plus compromettants de l'un des événements politiques majeurs du dernier demi-siècle.


"Une lueur d'espoir", Marc-Edouard Nabe


 
 
En partant des attentats du 11 Septembre, Marc-Edouard Nabe se livre à une critique féroce du système, de son hypocrisie, son mercantilisme, et son totalitarisme médiatique.

Un livre prophétique et politiquement incorrect...
 
 



"La fin de la liberté", Gore Vidal


"La Fin de la liberté" montre avec calme et rigueur que les attentats américains étaient somme toute logiques, prévisibles, retour de bâton obligé d'une politique ultra-sécuritaire et protectionniste qui n'hésite pas à jouer les apprentis sorciers en finançant et manipulant des individus comme Ben Laden. Pour Gore Vidal, il semble plutôt comique de se draper de vertu dans la bannière étoilée et de porter comme étendard les articles de la constitution de 1791 sur les libertés individuelles. Car, autre histoire des événements que Gore Vidal nous permet de comprendre dans son essai, il y a depuis cinquante ans un recul des libertés aux Ã?tats-Unis. Il détaille comment les citoyens américains sont tous fichés par le jeu des cartes de crédit et autres inscriptions consuméristes en tout genre. Il explique aussi comment une paranoïa panique s'insinue subrepticement dans les consciences (...). L'Amérique marche-t-elle sur la tête? Gore Vidal le pense intimement, lui qui annonce pour le XXIe siècle un changement d'ère caractérisé par le renforcement d'un état de sécurité nationale aux Ã?tats-Unis, "dont le seul objectif est de mener des guerres perpétuelles chaudes, froides et tièdes.


"Mike contre-attaque !", Michael Moore 


Dans ce livre, Mike Moore dénonce avec un humour féroce le capitalisme sauvage et ses dégats sociaux et écologiques. Il s'en prend aussi à l'administration Bush, aux faux efforts écologiques, à l'arrogance des Américains, au délire sécuritaire, à l'adolescence chloroformée dans son conformisme, à la confiscation de la démocratie par les élites, au monopole des marchés sur l'échelle mondiale, à l'accroissement dramatique qui sépare les plus riches des plus pauvres...

"Le Bandit-en-chef George W. Bush, dit George II, et son gang, Dick Cheney, Donald Rumsfeld & Co, gouvernent l'Amérique. Ultraconservateurs et richissimes (leur fortune est liée au big business du pétrole, de l'armement, ou des biotechnologies), ils ont fait main basse sur le pays, et partent maintenant en guerre contre «l'Axe du Mal»..."



"Tous aux abris", Michael Moore


L'image est dans toutes les mémoires. Michael Moore pointait un doigt accusateur et lançait: "Honte à vous, Mr Bush!". C'était au festival de Cannes de 2003, après le déclenchement de la guerre en Irak. Aujourd'hui, George W., le Bandit-en-Chef (avec lui, sa clique de millionnaires), est toujours là. Pire, il prépare sa réélection au poste de Commandant en Chef de la Mère Patrie en 2004! Il n'en fallait pas plus à Mike pour repartir au front et TOUT faire pour que le cauchemar s'arrête. Dans ce nouveau livre, aussi drôle et provocateur que les précédents, Mike est l'Arme de Dérision Massive (il a quand même perdu vingt kilos en quelques mois en cessant de manger… des produits sans sucre), il s'attaque aux mensonges et à la propagande dont son pays est victime depuis le 11 septembre, notamment sur les armes de Saddam. Il révèle les petits secrets du roi George du pétrole irakien et ses petites combines avec ses copains saoudiens.

Et Mike se fâche vraiment quand il voit que sa patrie est devenu les Ã?tats-Unis de la Peur, où les libertés publiques sont menacées alors que les grands patrons-truands des multinationales US échappent à la prison! Le monde à l'envers!"



"Pourquoi le monde déteste-t-il l'Amérique", Ziauddin Sardar et Merryl Wyn Davies


Pourquoi, comme le disait une banderole brandie au Pakistan, les Américains sont-ils le "peuple le plus haï de la terre"?
Ce ne sont pas les Américains en tant que peuple qui sont détestés; ce qui est rejeté plus fondamentalement, c'est leur entité politique caractérisée par une violence répressive, le souci obsessionnel de leurs propres intérêts, la façon de se positionner comme centre du monde et surtout d'édicter comme norme ce qui doit être "raisonnable, normal et approprié". La civilisation américaine incarne un paradoxe: d'un côté l'ouverture à des populations et des cultures très diverses, de l'autre l'adhésion à une forme de pensée unique où les valeurs reines sont la rentabilité, la cohésion du groupe, la foi, la famille. Trahir ce pacte et ces valeurs, c'est ne plus être américain. Pourtant, des voix critiques s'élèvent aux Ã?tats-Unis au sujet de la "croisade contre le terrorisme" mais, au nom d'une unité hégémonique de principe, ces voix sont peu relayées. "Pourquoi le monde déteste-il l'Amérique?" plonge au cœur du système américain. Il avertit que le plus grand ennemi de l'Amérique c'est peut-être bien elle-même, tant le pays est incapable d'avoir un regard distancié et critique sur lui-même et de prendre en compte le discours des autres. Un livre qui n'a pas peur d'affirmer que l'Amérique n'est pas forcément, pour parodier le mot de Lincoln, "ce que l'humanité peut espérer de mieux".



"Après l'Empire", Emmanuel Todd


Les Ã?tats- Unis ne peuvent plus vivre de leur seule production. Le déficit commercial des Etats-Unis ne cesse de s'accroître. La mondialisation est en train de montrer au monde qu'il peut se passer de l'Amérique, mais l'Amérique quant à elle s'aperçoit qu'elle ne peut plus se passer du monde. Dépendance économique, affaiblissement démocratique, bi-polarisation sociale tels sont donc les principaux symptômes de déclin identifiés par l'historien et démographe Emmanuel Todd qui avait prévu dès 1976 l'effondrement soviétique uniquement d'après des observations démographiques. Des signes qui permettent de comprendre pourquoi les Ã?tats-Unis sont aussi actifs sur la scène internationale afin de conserver le statut de superpuissance. L'Amérique doit mettre en scène sa puissance sur le terrain géostratégique. Selon trois principes en apparence irrationnels: ne jamais résoudre définitivement un problème; se focaliser sur des micropuissances; développer un arsenal militaire censé être indépassable. La lutte contre le terrorisme, les menaces contre "l'axe du mal" et l'Irak apparaissent ainsi pour ce qu'ils sont: des prétextes. Pour Todd, les Ã?tats-Unis par leur politique internationale maintiennent artificiellement des foyers de tension et sont donc devenus un obstacle à la paix dans le monde.